Résumé des chapitres précédents

Le Bridgeur ne pouvait rester insensible aux affaires qui secouent le bridge international. En effet, plusieurs sites anglophones suivent le déroulement de ce qu’on peut appeler un drame heure par heure, alors que les sites français (hormis clairebridge) jouent les grandes muettes. Nous avons décidé de vous présenter un court résumé des faits depuis le début des révélations (24 août) jusqu’à aujourd’hui 18 septembre et de vous tenir ensuite au courant quotidiennement des évolutions majeures.

Deux champions d’Europe tricheraient

Premier coup de tonnerre : le champion Norvégien Boye Brogeland annonce sur le site américain bridgewinners.com qu’il abandonne tous les titres et les trophées gagnés depuis quelques mois aux États-Unis car il considère que le comportement d’une paire à laquelle il a été associé ne correspond pas à son éthique du bridge.

Décryptage en clair : les deux Israéliens Lotan Fisher et Ron Schwartz ont triché. La communauté du bridge s’émeut, demande des preuves. Elle vont venir dès le 27 août sur un nouveau site (bridgecheaters.com) avec des donnes analysées par l’Australien Ishmael del Monte, le Français Thomas Bessis et l’Américain Kit Woolsey, outre Brogeland. Des diagrammes, des vidéos : le détail du code mis au clair. Les documents sont explicites.

La fédération israélienne nomme un comité d’éthique pour enquêter et, quelques jours plus tard, décide de renoncer à jouer la Bermuda Bowl pour laquelle cette fédération s’est qualifiée avec les deux joueurs mis en cause.

La fédération norvégienne adresse une plainte à la fédération européenne contre les deux joueurs. L’EBL ouvrira quelques jours plus tard une enquête. Pendant ce temps, Fisher et Schwartz indiquent, par une lettre d’avocat, leur intention de réclamer 1 million de dollars de dommages et intérêts.

Pire : les n°1 et 2 du classement mondial, à leur tour, mis en cause.

Le 13 septembre, la foudre s’abattait sur le monde du bridge avec une nouvelle publication sur Bridgewinners, un article intitulé : la vidéo a parlé. Cette fois Kit Woolsey démontrait, à l’aide d’images vidéo de matchs des championnats d’Europe 2014 que Fulvio Fantoni et Claudio Nunes, les deux premiers joueurs du classement mondial, utilisaient un code qui prenait en compte la position (verticale ou horizontale) de la carte posée sur la table. 83 donnes sur 85 corroboraient ces explications. Cinq ou six fois champions du monde, représentants de Monaco, ces deux joueurs admirés par le monde entier tombaient en quelques heures de leur piédestal.

Dès le 14 septembre, le président de la fédération monégasque, Jean-Charles Allavena, annonçait que les deux Italiens ne joueraient plus pour Monaco. Deux jours plus tard, l’équipe de Monaco renonçait à participer aux prochains championnats du monde en Inde. Le 16 septembre, la fédération européenne annonçait que son enquête concernait deux paires. Pour sa part, la fédération mondiale annonçait le forfait des équipes de Monaco et d’Israël remplacées par le Danemark et la Suède. Elle annonçait, également, une conférence de presse sur le sujet pour le 25 septembre à Chennai.

Et maintenant

Partis dans une véritable croisade pour un bridge propre, Boye Brogeland et quelques champions qui le soutiennent, semblent avoir dans leur collimateur une troisième paire dont chacun murmure le nom sans le prononcer. Cette paire qualifiée pour la Bermuda Bowl sera-t-elle ou non à Chennai ? Vous serez parmi les premiers informés sur notre site.

Première conséquence nationale, Fantoni et Nunes , licenciés de la FFB, 4°et 5° de notre classement national, ont déclaré forfait ce week-end pour la finale du championnat de France interclub. L’équipe Zimmermann jouera donc à quatre.

Jouez et Apprenez
Fermer
OU créez un compte > Cliquez ici !