Votre panier est vide.

Besoin d'un conseil
pour commander ?
01 42 96 25 50

La solidité mentale au bridge - Même pas peur

Publié le 19 juillet 2018
Même_pas_peur.png

LE BRIDGE N’EST PAS QU’AFFAIRE DE MÉTHODE ET DE TECHNIQUE. LA SOLIDITÉ MENTALE INDIVIDUELLE, L’ALCHIMIE AU SEIN D’UNE PAIRE OU D’UNE ÉQUIPE ONT ÉGALEMENT TOUTE LEUR IMPORTANCE. JADE BARETT NOUS FAIT ICI BÉNÉFICIER DE TRENTE ANNÉES D’EXPÉRIENCE ET DE RÉFLEXIONS SUR CE SUJET.

Jade Barrett, champion reconnu, est fondateur et président de la société américaine Tournament Bridge Services, composée de professionnels du bridge qui s’adressent à des joueurs de tous niveaux en tant que professeurs, coachs, partenaires, organisateurs de tournois, etc. Avec son associée Dona Wood, son dernier haut fait d’armes est d’avoir coaché les jeunes Chinois du Sheng Xing Teenage Bridge Club qui repartirent des championnats du monde de Lyon avec … 48 médailles autour du cou ! Jade a particulièrement travaillé les aspects mentaux de la réussite au bridge. Il nous livre ici quelques clés..

La plupart des joueurs de bridge qui entrent pour la première fois dans l’arène de la compétition sont saisis par cette tension que l’on peut appeler “trac”. Et même les joueurs beaucoup plus expérimentés ne s’en débarrassent pas aisément. L’angoisse face au risque de non performance touche indifféremment jeunes et moins jeunes, quels que soient leur savoir-faire et leur palmarès.

Jack Nicklaus disait : «La concentration est le meilleur antidote à la peur» et j’ai personnellement toujours trouvé dans ces mots une source d’inspiration et de réconfort. Chaque match, chaque tournoi, est un défi, une source de stress qui affole le cœur. Un match pour lequel vous êtes clairement favori se met à mal tourner, un autre est tellement tendu dès le départ que vous sentez bien qu’au premier moment de déconcentration les choses peuvent tourner au vinaigre. Ressentir de l’anxiété est quelque chose de normal, auquel vous devez vous attendre, mais c’est succomber à son influence qui mène droit à la défaite. L’ennemi à abattre pour gagner, c’est la divagation de l’esprit provoquée par l’anxiété, par la peur de perdre, et la seule manière d’y parvenir, c’est de travailler et de s’entraîner plus.

«On ne fait jamais rien de bien tant que l’on pense à la façon de le faire…»
William Hazlitt

Le but de l’entraînement est d’acquérir une compétence inconsciente, c’est-à-dire la capacité de savoir ce que vous devez faire sans avoir à y penser. C’est toujours une source de grand étonnement pour le profane qu’un jeu qui n’utilise que cinquante-deux cartes puisse être aussi absurdement complexe, sans comprendre que le nombre théorique de séquences d‘enchères possibles dépasse le nombre de pas qui vous mèneraient à l’étoile la plus proche.

«Si prendre un risque est nécessaire et compatible avec votre objectif et votre mission, alors allez-y sans crainte…»

J’ai été témoin et, je l’avoue, aussi partie prenante, d’une multitude de catastrophes à la table de bridge dont la cause était simplement la peur. «J’ai eu peur de…» est une expression courante dans la bouche des joueurs de tout niveau. La peur est ce qui les empêche de faire ce qu’ils auraient pu et dû faire, que ce soit à l’enchère, à la carte ou en défense : tous les aspects du jeu sont concernés.
L’exemple le plus typique est celui de la décision de surenchérir ou non.

Jouez et Apprenez
Fermer
OU créez un compte > Cliquez ici !