Le Bridgeur Janvier/ février 2017

Cliquez sur une image pour afficher / enregistrer le pdf correspondant.
Partager
Imprimer

Le Bridgeur Janvier/ février 2017

700 millions
de Chinois et moi et moi…


Un événement de bridge suivi, entre autres,par quelque 400 000 bridgeurs chinois vous a peut-être échappé. En novembre dernier,une compétition entre les représentants des États-Unis, d’Europe, de Chine et de Taïwan a réuni quelques-uns des plus grands champions mondiaux et des personnalités de tout premier
plan. L’originalité a été que les uns jouaient à Pékin, les autres à Seattle et, enfin, à Turin. Les adversaires ne se trouvaient pas à la même table mais devant leur ordinateur, à des milliers de kilomètres les uns des autres.Pendant trois jours, quasiment 24 heures sur24 (décalage horaire de 15 heures oblige), on a bataillé ferme sur BBO et Our Games, son homologue asiatique.
Ce concept révolutionnaire est l’oeuvre de celui qui est l’un des seuls depuis plusieurs décennies à tenter de booster et de développer le bridge dans le monde : José Damiani. Le casting était mixte et prestigieux, de nature à intéresser les joueurs de bridge mais, en plus, à retenir l’attention de monsieur Tout-le-Monde.

15,50 €

Ce produit vous rapporte 16 point(s) fidélité. 16 points = 0,32 €.

Partagez et gagnez des points

Veuillez vous connecter à votre compte pour pouvoir partager ce site sur votre réseau social préféré et ainsi gagner des points fidélité.

Description


Constatez plutôt : Fred Gitelman, monsieur BBO, Bob Hamman, le numéro 1 mondial historique, nos deux championnes, Sylvie et Bénédicte, leaders du classement féminin, les ténors de l’équipe Lavazza, Duboin, Bocchi et Madala et, last but not least, celui dont le nom suffit à attirer l’attention des médias du monde entier,
Bill Gates. En incluant les personnalités chinoises, ils étaient vingt-quatre à se mettre au service du bridge, avec pour seul objectif une victoire de prestige, alors que leurs carrières affichent tous les titres les plus glorieux. Est-ce l’avenir du bridge, doit-on l’encourager ? Oui, sans doute, si l’on veut proposer aux jeunes un autre mode d’accès à ce jeu que des clubs où la moyenne d’âge dépasse les 70 ans. Oui, si on désire débarrasser le bridge de son imagedésuète. Oui, répondent aussi les financiers du fonds d’investissement qui viennent d’acquérir Funbridge, démontrant leur confiance dans le développement de cette forme de bridge virtuel.


Informations complémentaires

  • Magazine N° : 907
Soyez le premier à commenter ce produit Afficher / Masquer le formulaire

Rédigez votre propre commentaire

Seuls les utilisateurs inscrits peuvent écrire des commentaires. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer

Vous pourriez également être intéressé par le(s) produit(s) suivant(s)

Jouez et Apprenez
Fermer
OU créez un compte > Cliquez ici !