La plus célèbre donne du bridge français

La rédaction a ressorti de sa hotte la donne la plus célèbre du bridge français. Parviendrez-vous à deviner ce qui a pu se passer aux deux tables ?

En 1980, les championnats du monde nous conduisent à Valkenburg (Pays-Bas), où se déroule la sixième édition des Olympiades par équipes. Cette année-là, la France aligne une équipe de tout premier plan, avec quatre joueurs exceptionnels de la nouvelle génération, Paul Chemla, Michel Lebel, Christian Mari et Michel Perron, le plus combatif des "anciens", Henri Szwarc, et un génie de vingt-six ans, Philippe Soulet. L’emblématique capitaine Pierre Schemeil dirige la manœuvre.

Après un parcours triomphal en poule éliminatoire (22 victoires en 28 matchs !), les Tricolores accèdent à la finale en se débarrassant dans une originale demi-finale à quatre du Brésil, de la Norvège et de Taiwan (chaque équipe rencontre une fois les trois autres. Une formation qui gagne ses trois matchs, ne serait-ce que de 1 point, est automatiquement qualifiée pour la finale, jouée en cinq segments de 16 donnes).

Leurs adversaires ? De redoutables Américains : Bob Hamman et Bobby Wolff (deux pensionnaires des fameux Aces de Dallas), Ira Rubin et Paul Soloway, Fred Hamilton et Mike Passell. Au début de la quatrième séance se présente l’une des plus célèbres donnes du monde, alors que les États-Unis mènent de 5 points.




Les mains de la donne

Les enchères en salle ouverte (Ouest donneur, tous vulnérables) :

En théorie, le contre final de Paul Soloway est l’enchère gagnante puisque 6 Piques et 7 Trèfles chutent tous deux d’une levée (Sud ne découvrant pas l’entame d’un petit Trèfle sous l’As qui lui permettrait de bénéficier d’une coupe à Cœur et d’une deuxième levée de chute). Le score de 200 pour Nord-Sud semblait donc être le plus satisfaisant pour les deux camps. Mais voici ce qui arriva en salle fermée :

Sans doute Bob Hamman aurait-il dû surenchérir à 7♠ pour ne pas risquer de livrer le grand chelem adverse en se méprenant sur la couleur de l’As à entamer. Après une attente interminable, devant des milliers de spectateurs retenant leur respiration, la superstar Bob Hamman choisit de poser sur la table… l’As de . La foule en délire vit alors Christian Mari couper au mort, capturer sans difficulté la Dame de et inscrire 2330 dans sa colonne.

Ce coup rapporta 19 points aux Français alors qu’il leur en aurait coûté 9 si Hamman avait entamé de l’As de ♠. Quand on sait que l’écart à la fin du match fut de 20 points, on mesure à quel point cette donne influença le résultat final et la victoire des hommes de Schemeil. Un succès fondateur pour le bridge français qui connut dès lors dix-sept années fastes, jusqu’au titre mondial d’Hammamet en 1997. Une réussite à laquelle il faut associer José Damiani, président de la World bridge federation, qui tenait, en 1980, les rênes de la fédération française de bridge.

Jouez et Apprenez
Fermer
OU créez un compte > Cliquez ici !